mercredi, mai 3

Getting real : les recettes du succès selon les concepteurs de RubyOnRails

Je ne suis pas le premier (ni certainement le dernier) à parler de ce livre... mais je ne vois pas comment je pourrais éviter plus longtemps le sujet tant il est fort et symbolique des temps que le web est en train de vivre.
Getting Real est l'oeuvre de 37 signals à qui l'on doit, entre autre, BaseCamp (gestion de projet), Campfire (système de chat avancé) et RubyOnRails (un framework de développement web merveilleusement bien pensé). Cet ouvrage exclusivement électronique pourrait être un nouvel évangile pour toute personne embarqué dans un projet web : ses principes sont clairs, simples, directifs et terriblement opérationnels.

Quelques exemples :
- ne faîtes pas de documents de spécification, mais des prototypes
- dîtes d'abord "non" à toute demande de nouvelle fonctionnalité
- servez-vous de l'interface pour vous guider dans vos choix et vos discussions
- ne faites pas de réunions
- l'équipe de développeurs idéale est composé de 3 membres
- livrez une première version très vite, même si elle est limitée en fonctionnalités
...

C'est là tout l'esprit du livre, la philosophie de l'eXtrem Programming poussée jusqu'au bout : allez toujours à l'essentiel et au concret le plus rapidement et le plus simplement possible... c'est cette base de travail qui vous permettra d'avancer, le reste n'est que littérature.

Le discours est frais et novateur, et même si cette lecture est d'une simplicité déconcertante, les auteurs y montrent une culture et une intelligence remarquable.

Bref, un livre à la fois incontournable et définitivement web 2.0.

4 commentaires:

stephane a dit…

C'est cool, on n'a pas eu besoin de lire le livre pour faire pareil...

JB Boisseau a dit…

Stéphane, je crois qu'il faut d'abord le lire pour dire une telle chose

stephane a dit…

Tu as raison, je me basais juste sur ton résumé...

JB Boisseau a dit…

Plus qu'un résumé, j'ai essayé de faire la pholsophie du bouquin : priorité au terrain mais projet très structuré pour autant.
Il suffit de regarder la structure de RubyOnRails pour comprendre qu'on a pas à faire à des anarchistes du code ou des nihilistes du design pattern.