vendredi, mars 9

AJAX, JSON et BISON au secours de la bande passante

Dans la formidable époque que nous sommes en train de vivre, le web subit une révolution discrète et pourtant cruciale au royaume de "l'expérience utilisateur" : les applications du web ont en effet maintenant plus que jamais les moyens de réduire considérablement la bande passante utilisée.

Or sous des dehors techniques, cet aspect du web 2.0 est tout sauf un problème de geek :
- pour l'utilisateur, moins de données à faire transiter signifie une meilleure réactivité de l'application à ses différentes actions.
- pour le financier, moins de bande passante entraîne une baisse qui peut être significative des coûts de structure... en particulier dans le cas d'une montée en charge rapide de l'application.

Comment concrètement s'opère cette baisse de consommation ?
- Dans le passé, ce fut AJAX qui permit d'économiser des rechargements de page complets à chaque fois que des appels serveur sont nécessaires.
- Aujourd'hui, c'est JSON (si il est bien utilisé) qui diminue de manière considérable la taille des réponses renvoyées par les serveurs suite à une requête AJAX.
- Demain, ce sera peut-être quelque chose comme BISON (qui n'est qu'une expérimentation) d'une part et le stockage client massif d'autre part qui permettront d'optimiser encore un peu plus le flux d'information transitant entre le serveur et le client.

2 commentaires:

NeX a dit…

Bonjour,

JSON n'est pas un équivalent d'Ajax, juste un format de structure de données plus légé que l'XML et plus lourd que du texte ...

Le principe reste axé sur Asynchronous Javascript, soit XHR ou ActiveX.

JB Boisseau a dit…

Evidemment JSON n'est pas l'équivalent d'AJAX ! C'est simplement, tout comme l'avait permis en son temps l'avènenement d'AJAX, une façon d'optimiser un peu plus les échanges entre le client et le serveur.
De même, l'utilisation du stockage client massif n'est rien une alternative à AJAX... mais offre des possibilités très intéressantes d'économie de bande passante.